• Tête reposée, cours rattrapés, je peux poursuivre le récit de mon voyage. 

    Récapitulatif JOUR 1 JOURS 2,3,4 

    五日 5ème jour

    Jour 5

    Le soleil absent du Japon en cette fin de semaine...

    Le vendredi, je débute les cours avec une heure d'anglais (compréhension écrite). Les élèves ont dû faire un test de vocabulaire d'une quinzaine de minutes... Et des exercices de traduction avec à chaque fois un seul mot à trouver, basé sur le cours précédent.  

    Je passe sur la 2ème heure (qui était un cours de société), car j'aimerais oublier mon incompréhension totale ma foi. A la fin du-dit cours, je me suis rendue en classe de français avec deux camarades de classes, Hiyori et Nanasa. On a croisé des élèves (normal me répondrez-vous, nous sommes dans un lycée), qui sont venus me parler, en anglais, c'était assez amusant. Disons que les gens partent du principe que, si vous êtes occidental, vous êtes forcément anglais ou américain... Et difficile pour eux d'imaginer que vous puissiez connaître des mots en japonais! Les petites phrases maladroites mais adorables en anglais que j'ai pu entendre de la part de beaucoup de monde le long du séjour resteront à jamais dans ma mémoire... C'est assez cocasse d'observer les réactions des gens lorsque vous leur répondez en japonais! Il faut s'attendre à un flot d'exclamations et de compliments... 
    Et je me suis séparée de ce groupe de jeunes gens, l'un d'eux étant parti rapidement en s'exclamant ''I love you!''... Et ses camarades ayant beaucoup rigolé lorsque je lui ai répondu ''I love you too!''...

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Copernicus no KokyuuSi elle est aujourd’hui une auteure emblématique dans le domaine du Boy’s Love grâce à son œuvre Doukyusei, Asumiko Nakamura n’en était pas à son coup d’essai…

     

    Retour sur sa première série, Copernicus no Kokyuu.

     

    Copernicus no KokyuuSérie en 2 volumes et inédite en France, Copernicus no Kokyuu ou ‘’La Respiration de Copernicus’’ est prépublié pour la première fois en 2002 dans le magazine Manga Erotics F. Elle est classée ‘’Yaoi’’, ‘’Drame’’, ‘’Érotique’’, ‘’Psychologique’’, ‘’Mature’’ et s’adresse donc à un public averti.

     

    Paris, années 70. Ancien trapéziste, Bird’s Nest travaille en tant que clown, suite à la mort de son frère, au Cirque du Soir. Cependant, le cirque étant en difficulté, Monsieur Loyal force les artistes à se prostituer… 

    C’est dans ce contexte que Bird’s Nest fera la connaissance d’un diplomate japonais, Makoto Oonagi, qui révèlera assez rapidement sa personnalité oppressante… 

     

    Copernicus no KokyuuUn petit ovnis qui ne plaira pas à tout le monde. Mais je suis conquise.

     

    Ce qui est directement frappant et qui pourra faire fuir un public non habitué est le trait particulier d’Asumiko Nakamura, trait qui lui aura permis de se démarquer de ses comparses bien tôt. Un dessin fin, léger, parfois grossier, lourd de sens et parlant ; il se prête parfaitement à la dimension du cirque, transformant le corps même des artistes en œuvre d’art, insufflant une âme à chaque scène, intensifiant la dureté des actions mises en place. Ajoutons à cela un jeu de noir et blanc mené avec brio, contribuant à emmener le lecteur dans le monde fantastique du spectacle... ou dans une dimension onirique.

    Les personnages sont mis en scène sans grande délicatesse, ils nous sont montrés tels quels, sans artifice, qu’importe le supplice qu’ils endureront. Néanmoins, une beauté sans égale se dégagera d’eux, notamment par leur regard, criant, d’une puissance émotionnelle rare. L’expression ‘’Les yeux sont le miroir de l’âme’’ semble toute faite pour les divers artistes du Cirque du Soir.

    Lire la suite...


    1 commentaire
  • Suite de mon périple en échange scolaire au Japon. Le récapitulatif de mon premier jour est à lire ici. Bonne lecture! 

     

    二日 2ème jour 

    Jour 2, 3 & 4Après une première journée bien remplie, sans être exténuante (disons qu'en France, avec nos journées 8h~18h, le 9h~15h ne fait pas vraiment peur), c'est avec du pain au beurre, du raisin et de la soupe à la crème dans le ventre que nous nous rendons au lycée pour un cours de... Cuisine! Et aujourd'hui, on était aux fourneaux! On m'a donc remis un petit tablier et un foulard pour s'attacher les cheveux (wah, comme dans les animes!), et placé dans un groupe de personnes auxquelles je n'avais pas encore parlé (le hasard fait bien les choses, l'une d'elles est ma voisine de table en cours!). Et c'est parti pour la préparation des onigiris et de la soupe miso! Les élèves savent parfaitement ce qu'ils doivent faire sans que la professeure ne doive les materner, on les laisse en pleine maîtrise des ustensiles, du grand couteau à la casserole, en passant par les plaques de cuissons.

    Jour 2, 3 & 4En bref, totale autonomie et aucun débordement ou bavure en vue. Tout se passe beaucoup trop bien! Les filles avec qui je cuisine m'aident à travailler avec elles. Du coup, j'ai réussi à faire des onigiris (enfin, à les modéliser) et après, il ne restait plus qu'à les... Manger. APRES LE DEJEUNER DE TITAN QUE J'AVAIS EU LE MATIN MÊME, 1H30 AVANT, JE NE PEUX PAS. CONTINUER.

     A droite, onigiris, soupe miso et thé. C'est.Trop.Bon.

    Lire la suite...


    1 commentaire
  • Bonjour à tous, avant toute chose, je tenais à préciser ce qu'est cet article, ou plutôt, ce qu'il n'est pas. Ni une critique culturelle ou d'oeuvres issues de cette même culture, les articles dans la catégorie ''Japon 2017'' sont les articles concernant mon voyage au Japon en... 2017. 

    Carnet de voyage, récapitulatif, rapport, journal de voyage, voyez la chose comme vous voulez, je trouvais juste cela intéressant d'écrire ceci, comme j'en ai l'occasion. 

    JE SUIS EN ÉCHANGE AU JAPON PENDANT 3 SEMAINES AVEC L'ORGANISME COLIBRI, si question, réponse dans les commentaires.

    Sans plus attendre, allons y! 

    一日 1er jour

    Jour 1 - 1er jours de cours.Après un réveil on-ne-peut-plus tranquille (quoi que, tout est relatif, je me suis réveillée aux alentours de 3 heures à cause du décalage horaire), un uniforme absent pour le moment ainsi qu'un accueil de la famille chaleureux et agréable, c'est en bonne compagnie que je mange le petit déjeuner aux côtés de ma correspondante, Miku. Un Melon-pan acheté la veille en kombini, du lait et un kaki. Mais trêve de mondanités, car aussitôt arrivé (la veille donc), que nous sommes déjà parti pour le 1er jour de cours!!
    Malgré ce qui était prévu, pas de découverte de la gare. Miku m'emmène au lycée Matsubara en voiture. On en profite pour échanger les banalités habituelles, elle m'apprend des choses sur le Japon, je lui en apprend sur la France, tout le monde est content, et un dialogue a bien lieu régulièrement (on aurait pu partir sur un énorme malaise, je m'en sors bien!). Yes.

    Lire la suite...


    7 commentaires
  • Hana no Breath


    Lancée à l'occasion de Japan Expo 2017, Hana no breath est l'une des premières séries éditées par l'éditeur H2T. Série en 2 tomes (pour un total de 18 chapitres) créée par Caly, une auteure connue dans le milieu du fanzinat notamment pour sa série MaHo-Megumi (en autoédition), le manga est à découvrir sur Weekycomics, et il est sorti sous le format papier en juillet 2017. 

    Hana no Breath est classée Shôjo par l'éditeur, et est catégorisée ''Romance'' et ''Slice of life".

     

    Hana no Breath  Azami, 16 ans, ne comprend pas la passion de ses amies pour le Yuri et le Yaoi ... Pour elle, Le Grand Amour (comme dans les Shojo) ça n’arrive qu’entre une fille et un garçon ! Et particulièrement avec ce garçon, Gwen, avec qui elle rêve de sortir depuis le début de l’année ! Mignon, intelligent, sportif et un peu plus âgé qu'elle, il a tout du petit ami idéal.

    Mais comment réagira-t-elle quand elle découvrira que Gwen est en réalité une fille ?   

    Source : Magicaly

     Hana no Breath A titre indicatif, je suis une personne assez (euphémisme) Gay friendly / sympathisante LGBTQ+. C'est pour cela qu'à la lecture du synopsis, j’avais nombre d’attentes, imaginant un titre engagé, abordant la question du genre, des dialogues sur les troubles de l’identité, la transidentité, ou encore sur le travestissement … Autant le dire directement, j’ai très vite déchanté, l’œuvre ne présente rien d’aussi poussé. Mais est-ce que cela ne serait pas plus mal ? Malgré ma pointe de déception de ce côté-là (faute aux suppositions suite à la lecture du résumé), cette ''absence de développement'' sur cette voie a été palliée par quelque chose d'autant plus intéressant. Je vous en parle tout de suite.

    Tout d'abord, la mise en place de l’histoire se fait très rapidement (en une dizaine de pages), avant même que le lecteur ne puisse connaître réellement les protagonistes ; autant dire qu’on ne tergiverse pas et que nous allons droit au but (après tout, la série se clôture en 18 chapitres/2 tomes !) ; alors qu'Azami affirmait dans les premières pages que le véritable amour ne pouvait être qu'entre une fille et un garçon, avec son prince charmant notamment, la personne qu'elle aimait s'est révélé être, contre toute attente ... Une jeune fille. Quelle ne fut pas sa surprise ! Mais notre héroïne montrera bien au lecteur que l'amour n'a pas de sexe, qu'il va au-delà de la barrière des genres. Si en premier lieu, elle s'est sentie blessée, trahie, elle reviendra intelligemment sur sa décision : On tombe amoureux d'une personne, non pas d'un sexe, et ce n'est pas cette révélation qui pourra la faire reculer. Ses sentiments sont sincères et ont été forgés au fil du temps, il en faudra plus pour l'arrêter.

    Lire la suite...


    votre commentaire