• Perfect World - tome 1

    Perfect World - tome 1

    Perfect World - tome 1

    Nouveau titre des éditions Akata, Perfect World est la première série de la mangaka Rie Aruga. Toujours en cours au Japon, elle compte actuellement 4 tomes en volume relié, le tome 1 est paru chez nous le 13 octobre 2016. 
    Un extrait est disponible sur le site des éditions Akata à cette adresse.
    Il est catégorisé ''Romance'', ''Société'' et ''Handicap'' et se trouve exposé côté ''Shôjo''.
    L'handicap est un thème très peu abordé encore de nos jours, on se souviendra de l'excellent A Silent Voice paru chez Ki-oon début 2015, et rare sont les titres traitant et exploitant ce sujet avec justesse.


    Mêlons maintenant l'handicap et l'amour. Un mélange plutôt réussi chez Rie Aruga.

    Perfect World - tome 1 Tsugumi, à 26 ans, travaille au sein d'une entreprise de design d'intérieur. Un soir, lors d'une soirée de travail, quelle est sa surprise de retrouver autour de la table Ayukawa, son amour de lycée ! Mais depuis la fin de leurs études, le jeune homme, impliqué dans un accident, est en fauteuil roulant. Certaine que jamais elle n'aura la force (et l'envie) de fréquenter un homme "au corps amoindri", la jeune femme va pourtant sentir quelque chose bouger en elle…
    Source: Akata


    Perfect World - tome 1L'histoire est très classique, on ne compte plus les manga ayant pour main plot une romance entre deux ex-camarades de classe (enfin de lycée ici); la particularité de celle-ci sera l'âge des protagonistes (une romance non pas lycéenne du coup mais entre adulte) et l'entrée en scène de l'handicap, c'est d'ailleurs l'un des points essentiels de la série, sur lequel Akata a beaucoup fait sa communication:

    "Comment est-il possible de s'aimer et de construire une relation saine et durable, quand tout semble  vouloir vous en empêcher ?

     Ce point est d'ailleurs rappelé très tôt par la protagoniste, et ce, dès la première page, première case, montrant l'importance que l'handicap aura dans cette romance

     Ce premier volume fait office d'introduction, on posera très rapidement les bases (Perfect World a la mérite de ne pas passer par quatre chemins...) en présentant les enjeux d'une relation avec une personne handicapée, les difficultés qui en ressortent (le fait que la personne handicapée soit assez dépendante contre son gré par exemple) mais également les problèmes coulant de l'handicap en lui même: On ne s'arrête pas au problème de motricité dont souffre Ayukawa, son handicap se voit être développé tout le long de ce premier volume (Les problèmes sont d'ailleurs très souvent expliqués en terminant par un subtil ''Ca arrive souvent aux personnes touchées à la moelle épinière'' mettant tout le monde d'accord), on en apprend plus dessus au fil des pages; ce n'est pas tant le fait d'être en fauteuil roulant qui le met en danger, c'est ce qui arrive derrière, le fait de rester statique apporte beaucoup de problèmes qui pourraient lui coûter la vie.
    Mais, plus qu'un problème au niveau médical, on met également en avant le regard des autres et la discrimination, qu'elle soit positive ou négative, et c'est juste; j'ai apprécié le fait qu'on ne jetait pas la pierre d'un côté ou d'un autre, qu'on ne place pas les handicapés en position de faiblesse contre les méchants, ou le contraire (plus rare, voir jamais vu, je vous l'accorde). Le point de vue sur l'handicap reste assez neutre et c'est tout à l'honneur de la série. 

    On pourra d'ailleurs observer un aspect du ''combat'' d'Ayukawa, sa volonté d'aider directement les handicapés dans son domaine, car il travaille dans l'architecture, en installant des infrastructures telles que des rampes d'accès, combat loin d'être gagné d'avance. Cette dimension n'a pas encore été développée dans ce premier volume, je croise les doigts pour la retrouver dans les suivants, en espérant qu'elle ne sera pas survolée.
    Ce petit aperçu démontre pourtant, et très tôt, le courage et la ténacité dont Ayukawa fait preuve, chose que j'ai beaucoup apprécié et qui m'a touché. 

    Perfect World - tome 1

    Perfect World - tome 1 

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Concernant la romance en elle même; elle s'installe rapidement, c'est un fait, mais non pas sans réticences et difficultés. Du côté de Tsugumi, elle va réussir à aller outre ses a priori sur l'handicap, elle va apprendre peu à peu à aimer Ayukawa en laissant de côté ses préjugés sur les handicapés, passant d'un chapitre à un autre de l'optique ''Je ne peux pas sortir avec un handicapé'' à ''Je l'aime c'est tout'', sûrement aidée par l'amour qu'elle avait pu éprouver pour lui lorsqu'elle était plus jeune; le pouvoir de l'amour que voulez vous (comment ça je suis vieux jeu là dessus?). 

    Ayukawa en revanche, aura un peu plus de mal à faire la girouette (je taquine là dessus, rangez les fourches), rejetant en bloc toute relation amoureuse. Il changera néanmoins peu à peu au contact de son amie de lycée, jusqu'à se laisser aller complètement et accepter, peut être, d'envisager une relation avec Tsugumi.
    Prévisible certes, mais au moins, on ne passe pas une dizaine de tomes à tourner en rond à coup de ''- je t'aime - moi non plus''. Cette relation va permettre aux deux protagonistes d'évoluer, et c'est quelque chose de très bien.
    Mais, même lorsqu'elle prend enfin place, on doute que tout se passera parfaitement bien, et Tsugumi nous avertit également. L'important sera maintenant de voir comment nos personnages vont réussir à construire leur relation, malgré les difficultés.

     Concernant le coup de crayon de l'auteure, il s'approche davantage du style shôjo. On remarquera au fil des pages des divergences au niveau des personnages; le soin donné pourra parfois être remis en question, notamment quand les personnages ne seront pas au premier plan, dans la limite du raisonnable bien entendu; on reconnaîtra tout de même chaque individu sans trop de mal. Globalement, c'est très soigné, notamment au niveau de l'aspect médical; par exemple, les fauteuils roulants, dessinés avec beaucoup de détails et s'approchant beaucoup de la réalité. Je tenais aussi à souligner le fait que les illustrations entre chaque chapitre sont très jolies.
    Le style de Rie Aruga doit néanmoins s'affirmer un peu plus, il reste très classique; elle en aura le temps au fil des tomes.

     

    Toutes les bases sont posées à la fin de ce premier tome, promettant un second riche et entrant dans le coeur du sujet. Akata publie une nouvelle fois, une série sortant des sentiers battus, abordant des thèmes anodins et ancrés dans notre époque, des thèmes d'actualité. C'est d'autant plus plaisant que Rie Aruga connaît son sujet, s'étant renseignée auprès de professionnels. 
    Perfect World fut une excellente surprise, et c'est, avec plaisir, que je serai au rendez-vous pour le second tome.

     Perfect World - tome 1

    En espérant vous retrouver en zone commentaire.


    Tags Tags : , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Dimanche 30 Octobre 2016 à 21:34

    Je n'entend que du bien de ce manga ces temps ci, je pense aussi me lancer, il me tente bien, malgré le fait que j'ai du mal avec les shojos ^^ Mais le thème est intéressant donc :)

      • Lundi 31 Octobre 2016 à 12:18

        Je comprend tes appréhensions. Enfin après, à la lecture du premier tome, il y a vraiment très peu de chance pour que ça parte dans du revu, déjà du fait vraiment que ça ne sera pas un amour dit ''scolaire'' (l'air de rien ça change beaucoup de choses, on ne compte plus les romances school-life... ^^) et puis oui, le thème général. Et accessoirement, les protagonistes ne vont pas prendre 18 tomes à s'avouer leur amour. Et puis y'a pas plein de trames paillettes, fleurs.
        J'espère que ça te plaira! (et j'espère aussi que la série va continuer de bien tourner au fil des tomes) 

    2
    Dimanche 22 Janvier à 12:23

    Bonjour à toi.

    Bien que je sois très peu shojo, et que je n'ai pas encore lu cette oeuvre. Celle-ci fait néanmoins beaucoup parler d'elle, et elle a de quoi. En effet, la notion d'handicap est quelque chose de tabou, même à notre époque. Les gens sont souvent mal à l'aise vis-à-vis de la différence. Cependant nous ne pouvons pas vraiment les blâmer. L'être humain a peur des choses qui ne comprend pas.

    Cependant, l'introduire dans un récit, et plus particulièrement un manga est plutôt bien pensé. Cela peut donc faire réfléchir toutes personnes adorateur de mangas, et avoir une vision différente sur le handicap.

    L’histoire quant à elle, si je me fis à tes propos, reste juste. Et tant mieux me diras-tu. Cela aurait été dommage de traiter ce sujet de façon manichéenne. 

    Forcément, sans même lire l'oeuvre, on s'attend que la relation amoureuse naisse assez rapidement. Et comme tu l'exprimes, il vaut mieux que celle-ci se fasse rapidement, pour ensuite avoir une évolution, plutôt que les deux protagonistes tournent autour du pot pendant plusieurs tomes.

    En lisant les extraits, je dois t'avouer que le graphisme de Rie Agura me laissa légèrement de marbre. Même si l’absence de fond à certains moments a été souhaité par l'auteur, il me rebuta quelquefois.

     

    Pour en donner un avis général, je dirais que le lancement de cette série a tout pour elle. Si jamais un jour je saute le pas, je te ferais signe.

     

    Cordialement, Euphox. 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :