• Barakamon

     

    Barakamon

    Barakamon


    Anime diffusé sur Crunchyroll en été 2014 et réalisé par le studio Kinema Citrus (Black Bullet, Made in Abyss, Code Breaker), Barakamon est à l'origine un manga de Yoshino Satsuki, toujours en cours de publication. La série est constituée de 12 épisodes, et est classifiée ''comédie'' et ''slice of life''.

                Étoile montante de la calligraphie, le beau, mais néanmoins arrogant, Seishu Handa se voit sanctionné le jour où il assomme un conservateur de musée suite à une critique envers son travail, jugé ''formaté et sans saveur''... Le jeune citadin est alors envoyé au fin fond d'une île perdue, au beau milieu de la campagne japonaise...
    Mais si il espérait au moins pouvoir pratiquer son art en toute tranquillité, cela était sans compter l'action et la vivacité des habitants du village... C'est ainsi que l'aventure commence pour Handa, qui va devoir apprendre à changer ses petites habitudes, et à bousculer son quotidien.

     

     

     BarakamonBarakamon

     

     

     

     

     

     white

    w

    whi 

     

     

    Barakamon est l'exemple parfait de ces séries au postulat de départ ne brillant pas pour leur originalité, mais qui se distinguent de part leur traitement. Une adaptation en 12 épisodes se doit d'être efficace, et ici, le studio Kinema Citrus réussit son pari en offrant au spectateur un anime de qualité, aussi bien scénaristiquement que visuellement ; la mise en place de l'histoire se fait très rapidement et sans perdre en caractère, les épisodes sont toujours très dynamiques et rares sont les pauses ou temps mort. C'est ce qui fera la force de Barakamon ici ; un slice of life réaliste et sincère, reposant sur sa large galerie de personnages. Ceux-ci amèneront des situations, dialogues et répliques qui s'enchaîneront logiquement et de manière naturelle : C'est de là que viennent les situations comiques et le réel rire du spectateur.

    Néanmoins, le point culminant de l'intrigue n'est pas dans le ressort comique, mais plutôt dans la maturation du personnage principal ; Un strict besoin de changement d'air de la part de ce dernier, une nécessité aussi bien sociale que psychologique, qui entraînera une remise en question artistique et humaine pour un jeune homme qui en a sérieusement besoin ; La calligraphie est symbole du perfectionnement de soi, en travaillant sur l'amélioration de son art, Handa va en effet, pouvoir changer et évoluer, grandir, également, en apprenant de nouvelles choses, ou simplement en les regardant sous un angle différent, avec davantage de recul. En s'ouvrant aux autres, notre jeune adulte pourra se redécouvrir lui-même.

     

    Barakamon
    Moi après chaque épisode.

    Barakamon

     

    Comme dit plus tôt, la qualité de Barakamon repose sur sa grande collection de personnages, tous haut en couleur, se révélant être surprenants et variés, et formant aussi et surtout, un ensemble harmonieux et réussi ; ce sont ces personnages excentriques qui aideront Handa à sortir de sa coquille, leur extraversion sans borne et leur expression des émotions, sublime et maîtrisée, faciliteront sans doute le citadin à ''se lâcher'' un peu plus.

     

     

    L'ambiance de l'anime est humaine et très conviviale ; cette omniprésence d'humour, de fraîcheur et de chaleur humaine est fortement communicative, on prend goût à observer les interactions d'Handa avec ces habitants de la campagne japonaise. L'atmosphère se dégageant de chaque épisode est chaleureuse, l'anime dans son ensemble est donc très agréable à suivre.

     

    BarakamonD'un point de vue graphique, on nous offre ici un chara design riche, et très expressif ; un casting mémorable -bien que moins que dans l'oeuvre papier-, brillant de naturel, ce qui en fait sa préciosité. Généralement, les plans sont très propres, et l'animation fort fluide. L'original sound track fait son travail, contribuant à cette ambiance tranquille et énergique à la fois ; on dégagera une mention spéciale pour l'excellent opening Rashisa, interprété par SUPER BEAVER, un générique plein de positivité et de force, donnant automatiquement le sourire.

     

     

    Qualité à noter également au niveau du doublage ; les personnages, vivants à la campagne, en ''marge'' (une île perdue, avec un seul bus passant par jour, difficile de faire plus coupé) possèdent un dialecte, et il est amusant de noter l'effort qu'il a pu être fait pour représenter l'accent sans caricature. Le patois de l'île est donc représenté, et il contribue au charme de la série.

     

    En outre, l'anime est classique mais se révèle être très bon dans son domaine. La série est réussie et à recommander pour toutes les personnes appréciant le genre du ''Slice of Life'', ou simplement pour ceux souhaitant passer un bon moment. Un réel sédatif, réconfortant et rafraîchissant.  

     

    Barakamon

    En espérant vous retrouver dans l'espace commentaire.


    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Vendredi 19 Janvier à 14:14
    Bright Open World

    Je n'ai pas autant apprécié l'anime que toi mais je peux tout de même dire que ça reste sympathique. Après c'est peut-être parce que j'ai commencé par le manga mais en tout cas j'ai été un peu déçue de l'adaptation anime que je n'ai pas trouvée aussi drôle que le manga (qui me fait pleurer de rire à plusieurs reprises et que je ne me lasse pas de relire).

    L'anime a une bonne réalisation, les décors sont jolis, le chara-design plutôt soigné (même si je ne suis pas fan de celui de Hiro qui s'éloigne de celui du manga). Après j'ai aussi trouvé que la voix de Seishû était trop grave comparé à ce que j'imaginais en lisant le manga, mais bon ça passe. Par contre la doubleuse de Naru a été excellente ! J'ai bien aimé les génériques qui collaient bien à l'ambiance. C'était plutôt comique dans l'ensemble mais je me répète, pas autant le manga, ce qui fait que je ne l'ai pas trouvé mémorable et que je ne l'ai pas revisionné.

    A part ça, je trouve que la force de la série réside dans ses personnages et leurs interactions, le développement de Seishû au contact de Naru et des autres villageois, mais aussi le cadre de l'histoire : une campagne un peu paumée sur une île, et c'est vraiment comme ça dans les campagnes de certains pays asiatiques (expérience vécue lol). C'est aussi une série dont j'apprécie beaucoup l'humour (enfin dans le manga), car toutes les séries dans le genre "comédie" ne me plaisent pas forcément. Barakamon a l'avantage de faire rire sans qu'on ait des situations complètement farfelues. On a un cadre réaliste et des situations similaires à ce que j'ai pu vivre. Bref, même si l'anime ne m'a pas marqué, j'adore le manga, et c'est avec impatience que j'attends la sortie du prochain tome !

    Désolée pour le pavé ! Mais en tout cas j'ai bien aimé lire ton article et connaître ton avis sur l'anime. =)

      • Dimanche 21 Janvier à 15:51

        Je comprend tout à fait ton point de vue. J'ai connu l'oeuvre via l'anime, et c'est à la suite de son visionnage que je me suis penché sur le format papier! L'origine de l'adaptation est aussi meilleure à mon sens, même si je ne peux pas vraiment faire le même comparatif que toi comme je l'ai découvert à ''l'envers''... 

        Woh, je ne savais pas que tu avais eu l'occasion de faire un voyage en Asie! Ca a dû être amusant de pouvoir faire des rapprochements entre les situations vécues et celles vues ou lues dans Barakamon...

        Ne t'excuse pas, c'était très intéressant à lire, et je vois qu'on se rejoint sur beaucoup de points! En espérant te revoir rapidement! :) 

    2
    Samedi 20 Janvier à 13:46
    Ton article est très intéressant ! Tu m'as donné envie de regarder l'anime ! Merci
      • Dimanche 21 Janvier à 15:51

        Merci pour ton retour, j'espère que l'anime te plaira en tout cas, j'attend tes impressions! :D 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :