• Hana no Breath


    Lancée à l'occasion de Japan Expo 2017, Hana no breath est l'une des premières séries éditées par l'éditeur H2T. Série en 2 tomes (pour un total de 18 chapitres) créée par Caly, une auteure connue dans le milieu du fanzinat notamment pour sa série MaHo-Megumi (en autoédition), le manga est à découvrir sur Weekycomics, et il est sorti sous le format papier en juillet 2017. 

    Hana no Breath est classée Shôjo par l'éditeur, et est catégorisée ''Romance'' et ''Slice of life".

     

    Hana no Breath  Azami, 16 ans, ne comprend pas la passion de ses amies pour le Yuri et le Yaoi ... Pour elle, Le Grand Amour (comme dans les Shojo) ça n’arrive qu’entre une fille et un garçon ! Et particulièrement avec ce garçon, Gwen, avec qui elle rêve de sortir depuis le début de l’année ! Mignon, intelligent, sportif et un peu plus âgé qu'elle, il a tout du petit ami idéal.

    Mais comment réagira-t-elle quand elle découvrira que Gwen est en réalité une fille ?   

    Source : Magicaly

     Hana no Breath A titre indicatif, je suis une personne assez (euphémisme) Gay friendly / sympathisante LGBTQ+. C'est pour cela qu'à la lecture du synopsis, j’avais nombre d’attentes, imaginant un titre engagé, abordant la question du genre, des dialogues sur les troubles de l’identité, la transidentité, ou encore sur le travestissement … Autant le dire directement, j’ai très vite déchanté, l’œuvre ne présente rien d’aussi poussé. Mais est-ce que cela ne serait pas plus mal ? Malgré ma pointe de déception de ce côté-là (faute aux suppositions suite à la lecture du résumé), cette ''absence de développement'' sur cette voie a été palliée par quelque chose d'autant plus intéressant. Je vous en parle tout de suite.

    Tout d'abord, la mise en place de l’histoire se fait très rapidement (en une dizaine de pages), avant même que le lecteur ne puisse connaître réellement les protagonistes ; autant dire qu’on ne tergiverse pas et que nous allons droit au but (après tout, la série se clôture en 18 chapitres/2 tomes !) ; alors qu'Azami affirmait dans les premières pages que le véritable amour ne pouvait être qu'entre une fille et un garçon, avec son prince charmant notamment, la personne qu'elle aimait s'est révélé être, contre toute attente ... Une jeune fille. Quelle ne fut pas sa surprise ! Mais notre héroïne montrera bien au lecteur que l'amour n'a pas de sexe, qu'il va au-delà de la barrière des genres. Si en premier lieu, elle s'est sentie blessée, trahie, elle reviendra intelligemment sur sa décision : On tombe amoureux d'une personne, non pas d'un sexe, et ce n'est pas cette révélation qui pourra la faire reculer. Ses sentiments sont sincères et ont été forgés au fil du temps, il en faudra plus pour l'arrêter.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Here it comes! C'est l'été, et qui dit été, dit? Je vous le donne dans le mille, dit luciole, forêt et amour avec un bel esprit aux cheveux blanc... S'évader, ça a du bon parfois, et je vous propose de lutter contre les températures montantes et de sortir du train-train quotidien le temps d'un petit film d'animation... :

    Hotarubi no mori eHotarubi no mori e

     

    Hotarubi no mori e est un moyen métrage basé sur le One-shot de Yuki Midorikawa (Le pacte des yôkai). Adapté par le studio Brain’s base en 2011, il dure 45 minutes. Le film est catégorisé ‘’drame’’, ‘’romance’’ et ‘’surnaturel’’.  A noter que le one-shot de base annonçait Le pacte des yôkai (Natsume Yuujinchou en japonais). 

    Lorsque Hotaru avait 6 ans, elle se retrouva perdue dans une forêt pendant ses vacances d’été: C’est ainsi qu’elle fit la rencontre de Gin, un esprit à l’apparence humaine prétendant que si un humain venait à le toucher, il disparaîtrait. Intriguée par cet étrange personnage, elle décida de passer tous ses étés à ses côtés.

     

    Hotarubi no mori e

     

     Hotarubi no mori eHotarubi no mori e suit le point de vue d’Hotaru mais est davantage concentré sur le développement de sa relation avec Gin que sur son propre développement; l’évolution de leurs rapports se déroulera rapidement, le long des 40 minutes du film [5 minutes de crédits].

    Ce n’est une surprise pour personne, un amour naîtra entre nos deux protagonistes, cependant, on devine très vite que cette relation est interdite et vouée à l’échec, liant une humaine et un esprit atteint d’une malédiction; cela sera rappelé un certain nombre de fois, que ce soit par Gin lui même ou par les autres esprits de la forêt. Néanmoins, la malédiction de Gin est en soit un point fort pour le film : Elle rend sa relation avec Hotaru d’autant plus significative, puisque rester avec elle signifie risquer sa vie si il y a le moindre contact physique entre eux.  Chaque geste qu’il peut avoir envers elle est donc plus marquant, et vice-versa.

     

    Lire la suite...


    3 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires